Thomas Hallon Hallbert: photographer and print artist
 

Photo Galeries

Art Works
Réferences CV

 

De l'impression avec des patates à l'impression par rouleau d’encres

Quelqu'un m'a demandé un jour, quand j'ai commencé avec l’art graphiques. En plaisantant, j'ai répondu : à la maternelle. En fait, c'était déjà avant maternelle que j'ai commencé à la maison avec l’impression de la pomme de terre. Carlo Derkert m'a aidé à ouvrir les yeux et l'esprit pour l’art pendant des tours guidées les dimanches au Moderna Muséet, Stockholm, au début des années 60. Au collège de Viksängskolan à Västerås, la salle d’art plastique était équipée avec du linoléum et c’est là que j’ai fait ma première linogravure. Ensuite, ça continué avec la première classe de Stockholm d’avoir une ligne spécifiquement esthétique dans dernier année du collège à Engelbrektsskolan 1967-1968.
Pendant deux ans à "Grundis" à Stockholm (1970-71 et 1974-75), j'ai eu Hasse Lindroth en tant que professeur de gravure. Ensuite, un cours à Grafiska Sällskapet avec Lennart Ivérus en tant que superviseur. 1975 avec ma mère j’ai fait de l’autostop, de Fredrikshavn à Vraa Höjskole, où nous avons passée ensemble avec une centaine des participants, un atelier intense et mémorable sur l'analyse d'images et l'histoire de l'art avec comme guide R. Broby-Johansen.
Mais ce n’est qu’en 1982, après un cours dirigé par Olof Sandahl, que les ports de la gravure ont finalement été ouverts. Ensuite, j'ai suivi des cours pour Urban Engström à Tullhuset à Umeå. Dans les années 1990, j’ai travaillé pendant un an dans le centre d'art "La Rectoria" en Catalogne, puis pratiqué la gravure dans la feuille d'or appliquée sur du verre à Murano, dans le district de Venise. Plus tard, j'ai suivi des cours à Moku Hanga, à la gravure sur bois japonaise imprimées au couleur solvable à l’eau. D'abord une session avec David Bull à Tokyo en 2002, puis récemment en 2014 et 2015 à Toulouse avec le graveur Miriam Zegrer de Berlin.
Et non des moindres, j'ai évolué avec les étudiants pour qui je suis moi-même un enseignant, les plus jeunes 4 ans et les plus âgés 80 ans. J'avais déjà mes premiers étudiants en 1971 à Uppsala et je suis toujours en contact avec plusieurs d'entre eux.

Comme la plupart des choses "faites", il s’agit généralement de dialogue, d’échange, de partage.

Moku Hanga Hallon selfie

Moku Hanga gravé dans meurisier et tilleul.


 



©. Thomas Hallbert 2008-2019



HOME



Contact